Projection en avant-première du film d'Antoine Vitkine

Magda Goebbels, la première dame du 3e Reich

Mercredi 13 septembre à 20 h 30 à Beaugrenelle


Le 1er mai 1945, dans le bunker d'Adolf Hitler enterré sous Berlin, Magda Goebbels empoisonne ses six enfants. Avant de se donner elle-même la mort, elle justifie son geste dans une lettre : «La vie dans un monde sans Adolf Hitler ne vaut pas d'être vécue».

Comment Magda Goebbels, jeune femme émancipée, élevée par un beau-père juif, est-elle devenue cette fanatique-là ? Au fil d'une enquête historique mêlant témoignages des proches et interviews de spécialistes, s'appuyant sur des images d'archives exceptionnelles, le documentariste Antoine VITKINE nous fait entrer dans l'intimité de celle qui fut la véritable première dame du 3e Reich.
Ce documentaire montre comment Magda Goebbels est devenue une nazie fanatique. Elle est autant le produit d'une histoire, celle du nazisme, que de son propre psychisme tourmenté ; les raisons de son geste final sont plus complexes qu'il n'y paraît. Enquêter sur Magda Goebbels, c'est tenter de comprendre l'endoctrinement, le fanatisme, l'adhésion des élites à un pouvoir totalitaire : des questions aux résonances bien actuelles.
Le film s'appuie également sur les témoignages de ses proches : son mari Joseph GOEBBELS, sa mère, Auguste BERENDT ou sa meilleure amie, Ello QUANDT. Des historiens (Fabrice d'Almeida, Johann CHAPOUTOT, Peter LONGERICH, Heike GOERTEMAKER) mais aussi un psychanalyste (Tobie NATHAN) et un spécialiste de l'extrémisme (Gérald BRONNER) se penchent tour à tour sur le cas Magda Goebbels.

L'auteur-réalisateur

Antoine est l'un des fils de nos amis Robert et Evelyne VITKINE, nos «maîtres» de randonnées, fidèles du MJLF depuis les premiers temps.
Diplômé de l'lEP de Paris, Antoine est auteur-réalisateur d'une vingtaine de documentaires pour la télévision, dont plusieurs portent sur des sujets historiques. En 2007, il a réalisé «Mein Kampf, c'était écrit» (Arte) et également publié «Mein Kampf, histoire d'un livre» (Flammarion 2009 et Champs Histoire 2013), traduit dans onze pays.
En 2017, il a signé le documentaire «Bachar. Moi ou le chaos».